Nous revenons de loin. Il a fallu du temps pour lutter contre les apriori vis-à-vis de l’apprentissage ! Il y a encore 10 ans, personne n’imaginait qu’il puisse devenir une vraie "voie de formation" pour le secteur sanitaire, social et médico-social. Dans l’inconscient collectif, nos professions « si différentes » ne pouvaient s’appréhender que par une formation académique. Avoir pu prouver le contraire en faisant valoir la pertinence de l’apprentissage est déjà un acquis important pour le secteur. 

Ces 10 années ont été caractérisées par l’engagement d’hommes et de femmes de convictions qui furent à l’origine de l’ADAPSS Île de France ; d’une Branche professionnelle convaincue de l’avenir de l’apprentissage et d’un Conseil Régional qui s’est positionné, en Île de France, dans le soutien sans faille aux apprentis, aux employeurs et aux CFA.

Dans cet environnement, l’expérience a démontré que les professionnels qui sortent diplômés par la voie de l’apprentissage ont des taux de réussite égaux, voire supérieurs aux étudiants en voie directe.

Et il y a encore de la marge sur les progrès à faire ensemble, employeurs et centres de formation, pour construire des formations qui répondent aux enjeux actuels des problématiques sociales. La mise en place des UFA devrait nous y aider.

Ce travail collectif a débouché sur un programme ambitieux, beaucoup plus structuré et a montré que le CFA était bien la tête de pont dans cette normalisation du cadre de formation ; celui qui permet aux apprentis de bénéficier d’une formation qui considère la particularité de leur statut, quel que soit l’établissement qu’ils ont intégré !

C’est désormais chose faite. Le cadre général est posé pour que l’apprentissage permette une véritable plus-value dans la formation, au service d’un secteur professionnel qui n’en attend pas moins.

Il appartient à tous d’en prendre conscience et de le faire savoir.  

Xavier BOMBARD